cliquez sur le lien ci-dessous pour lire le bulletin dans votre navigateur

 

Djé Tsongkhapa, une émanation du Bouddha de la sagesse a écrit : « Les plaisirs du samsara sont trompeurs, au lieu de satisfaire, ils nous tourmentent ». Nous savons bien cela, nos objets de plaisirs nous ont souvent fait perdre la tête, et même parfois nos sous, ou notre bonne santé, ou notre bonne image, et dans tous les cas notre paix intérieure.  Bouddha dit que notre attachement aux objets de plaisir est la chaîne qui nous tient liés aux souffrances du samsara.

Comment comprendre cela ? Car il serait facile de se méprendre et penser, qu'alors, pratiquer la voie de libération de la souffrance implique une vie sans plaisir ??? Oh non ! Pas une vie sans plaisir, car une vie sans plaisir ça n'est pas une vie !

En réalité c'est bien le contraire. La voie bouddhiste mahayana est une expérience nourrie de plaisir. A partir du moment où nous commençons à observer notre esprit, nous réalisons que prendre plaisir avec un esprit agité et incontrôlé n'est pas un véritable plaisir. C'est juste un soulagement d'une insatisfaction précédente. Mais cela ne dure pas et l'insatisfaction revient rapidement. Si nous apprenons à prendre plaisir depuis un esprit libre de perturbations, alors là vient le vrai plaisir : une joie continue et croissante sans effets secondaires négatifs. Nous pouvons donc apprendre à mélanger sagesse et amour à nos expériences de plaisir et être ainsi comblés. Pour atteindre finalement le plaisir suprême de la grande félicité spontanée...

A bientôt pour nous regaler en ce mois de novembre.

Le centre Vajrasattva



Lumières sur Prajnaparamita, bouddha de la sagesse

De nombreuses personnes sont d'une grande intelligence pour accomplir des choses ordinaires. Cette intelligence n'est pas une forme de sagesse, parce que les accomplissements ordinaires (par exemple avoir un statut social élevé, une bonne réputation, être riche ou réussir dans les affaires) sont trompeurs. Si nous mourons demain, ces choses disparaîtront demain et il n'en restera rien pour notre futur. La sagesse, par contre, ne nous trompera jamais. C'est notre guide spirituel intérieur qui mène sur la voie correcte. C'est l'œil divin par lequel nous pouvons voir ce que nous avons besoin de savoir, ce que nous avons besoin d'abandonner, ce que nous avons besoin de pratiquer et ce que nous avons besoin d'atteindre. Il nous faut comprendre cela car, à cause d'un manque de sagesse, nous avons gaspillé nos innombrables vies antérieures sans qu'elles n'aient eu aucun sens…

Dans sa compassion, Bouddha a donné des enseignements sur la perfection de la sagesse (Prajnaparamita) pour libérer tous les êtres vivants de la souffrance. De toutes les sagesses, la perfection de la sagesse, la bodhitchitta ultime, est suprême. Nous pouvons atteindre cette sagesse grâce à l'étude et la pratique sincères du Soutra du Cœur




Retraite post-festival : Le cœur de la sagesse

Dimanche 10 novembre

Cette retraite est destinée à ceux qui ont assisté au Festival au Portugal, ou qui ont déjà reçu la transmission de Bouddha Prajnaparamita.

Emma guidera 4 séances dans le but de prolonger les enseignements reçus de Vénérable Guéshé-là au Portugal et d'en obtenir une expérience personnelle pendant que les bénédictions sont encore toutes fraîches !

Assemblée générale

Vendredi 22 novembre à 19 h.

Tout le monde est le bienvenu. Pendant l'AG, sera donnée une présentation de la situation de l'association, sur un plan financier, et sur un plan spirituel, ainsi qu'une information sur les projets à venir.

N'hésitez pas à venir avec des questions ou le désir d'aider.

 

Le dharma pour les enfants

Samedi 23 novembre de 10h30 à midi

Le plus tôt nous nous rapprochons des valeurs de bienveillance, de respect, de générosité, de patience, le plus de chance nous avons de connaitre la paix de l'esprit et des relations harmonieuses. Ces séances sont une succession d'offrandes, de mini-enseignement sur un thème, d'une courte méditation et de jeux et de dessin. Pour les enfants de 5 à 12 ans. merci d informer de votre venue avant le jeudi soir.

Journée à thème : Se défaire des addictions pour mieux prendre plaisir aux choses

Dimanche 24 novembre de 10h à 17h30

Parmi les faux clichés sur le bouddhisme, il y a celui qui dit que devenir bouddhiste c'est se priver de tous les plaisirs. La vérité c'est qu'apprendre à connaitre notre esprit va au contraire nous permettre de prendre plaisir aux choses de la vie de façon très agréable, et sans souffrir de la douloureuse chaîne de l'addiction. Cet enseignement sera une opportunité pour apprendre à dépasser nos dépendances pour vivre plus libres et plus légers, bref pour enfin se régaler !

Tout le monde est le bienvenu.


 

Festival français au CMK avec la transmission de Vajrapani

Du vendredi 29 nov au dimanche 1er déc.

Avec Guèn-la Kounsang au centre de méditation kadampa dans la Sarthe.

Vajrapani, le bouddha de la force spirituelle, peut nous aider à diminuer et à éliminer nos états d'esprit négatifs en accordant un pouvoir spécial à notre corps et à notre esprit. Grâce à ses bénédictions et à son inspiration, nous obtiendrons en nous la force pour faire face à nos souffrances et à nos problèmes quotidiens, et pour vaincre nos ennemis intérieurs, en particulier l'ignorance de la saisie d'un soi.

Ouverture des inscriptions en ligne : le dimanche 3 novembre à 14h


 

Découvrir la joie de la concentration et développer son potentiel spirituel

Samedi 7 et dimanche 8 décembre

 

La méditation du mois : La mort est certaine

Personne ne veut souffrir. Jour et nuit, même dans nos rêves, nous essayons instinctivement d'éviter ne serait-ce que la plus légère des souffrances. [..]
Il y a des moments où nous n'éprouvons ni souffrance physique, ni douleur mentale, mais ces moments-là ne durent pas très longtemps.
Quel que soit le problème que nous arrivons à éliminer, ce n'est qu'une question de temps avant qu'un autre ne surgisse à sa place.
En fin de compte, le seul moyen de mettre fin à notre souffrance est de suivre la voie spirituelle. [..]

Toutefois, nos désirs pour les plaisirs de ce monde sont si forts que la pratique spirituelle nous intéresse très peu ou pas du tout. D'un point de vue spirituel de manque d'intérêt pour la pratique spirituelle est un type de paresse, appelé la "paresse de l'attachement". [..]
Méditer sur la mort est la méthode qui permet de vaincre cette paresse. [..]

Nous avons besoin de contempler et de méditer sur notre mort, encore et encore, jusqu'à en avoir une profonde réalisation. Intellectuellement, nous savons tous que nous allons mourir, mais notre prise de conscience de la mort reste superficielle.
Notre connaissance intellectuelle de la mort ne touche pas notre cœur et, en conséquence, chaque nous jour pensons : "Je ne vais pas mourir aujourd'hui, je ne vais pas mourir aujourd'hui". Même le jour de notre mort, nous serons toujours en train de penser à ce que nous ferons le lendemain ou la semaine suivante.
Cet esprit qui pense chaque jour "Je ne vais pas mourir aujourd'hui" est trompeur, car il nous conduit dans la mauvaise direction et vide notre vie humaine de son sens. Par contre, en méditant sur la mort nous remplacerons progressivement la pensée trompeuse "Je ne vais pas mourir aujourd'hui" par la pensée non trompeuse "Il se peut très bien que je meure aujourd'hui". L'esprit qui chaque jour pense spontanément "Il se peut très bien que je meure aujourd'hui" est la réalisation de la mort. Cette réalisation élimine directement notre paresse de l'attachement et ouvre la porte de la voie spirituelle...

D'une manière générale, il se peut que nous mourions aujourd'hui ou il se peut que nous ne mourions pas aujourd'hui. Nous n'en savons rien. Par contre, si chaque jour nous pensons "Je ne vais pas mourir aujourd'hui", cette pensée nous trompera car elle provient de notre ignorance. Au contraire, si chaque jour nous pensons "Il se peut très bien que je meure aujourd'hui", cette pensée ne nous trompera pas parce qu'elle provient de notre sagesse.
Cette pensée bénéfique empêchera notre paresse de l'attachement de se manifester et nous encouragera à préparer le bien-être de nos innombrables vies futures ou à faire de grands efforts pour nous engager dans la voie de la libération et de l'illumination. De cette manière, nous donnerons tout son sens à notre vie humaine.

Pour méditer sur la mort, nous contemplerons que notre mort est certaine et que le moment de notre mort est incertain. Nous devons ensuite comprendre qu'il n'y a que la pratique spirituelle qui puisse nous aider au moment de la mort et après la mort.

Guéshé Kelsang Gyatso : Transformez votre vie

 


Témoignage

La voie libératrice

Pendant les enseignements du festival, les impressions et les ressentis furent tellement forts qu'il est parfois difficile de retransmettre la justesse ce qui s'est produit .
  J'ai vécu ce festival comme un véritable cadeau de la vie. Un grand moment un des ces moments dont je me souviendrai toujours, mon premier festival !

Dans un premier temps j'ai eu un très fort rejet, le bruit sous cette immense tente m'a vraiment fatiguée.
Par ailleurs autant de monde concentré dans ce lieu, me paraissait exorbitant, je  pensais avec nostalgie aux enseignements reçus dans notre petite salle de Montpellier !

  Mais j'ai dû être touchée par la magie de la nuit, car le lendemain et le deuxième jour je me suis levée avec une volonté d'arriver à l'heure, nous avions 40 mn de marche à faire matin et soir, je parcourai ces allers et retours investie d'un calme, étoffée par les enseignements qui continuaient à se déployer dans mon esprit ainsi que par  ces temps de méditation, ce chemin devint une opportunité pour prplonger la retraite.
Il faut croire que la transmission de pouvoir de Prajnaparamita donnée par le grand maitre Gueshe Kelsang a fait son effet et m'a touchée au plus profond.

  Les prises de conscience au cours de ce festival se sont réellement produites et des graines se sont ancrées, en moi
       - la régularité de la pratique
       -  l'enthousiasme
       - la volonté
       - la discipline
       - la difficulté à atteindre la concentration etc. 
J'ai pris l'engagement à Cascais, avec moi-même, de faire le nécessaire pour que d'une année à l'autre je puisse m'auto-évaluer et tant que faire se peut que je puisse me donner une bonne note !

Anne Marie

 

Enseignements réguliers

Pour approfondir :

Le programme fondamental a lieu deux samedis après-midi par mois.
(Oct : 12 et 19, nov : 16 et 23, déc : 14 et 21)
Ce trimestre nous mettons l'accent sur les pratiques de purification.
N'hésitez pas à nous contacter si vous voulez plus d'informations.