Bandeau

Si vous rencontrez des difficultés pour visualiser ce bulletin, consultez la version en ligne.

Bonjour à tous,

Ravis de penser que l'on va se retrouver pour la rentrée.

Pensez-vous que chez les kadampas il y a eu un réaménagement des programmes scolaires ?
Mais au fait, quelle est l'origine de ces programmes que vous écouterez à la rentrée, et qui sont les enseignements de Bouddha sous la présentation du Lamrim Kadam ?

Toutes les instructions ont, à l'origine été enseignées par Bouddha Shakyamouni, puis transmises par deux lignées distinctes : La lignée de la sagesse transmise à Bouddha Mandjoushri puis Nagardjouna jusqu'à Atisha (maître indien du 11ème siècle), la lignée de la méthode transmise à Maitreya puis Asanga et progressivement jusqu'à Atisha. Atisha unifia les deux traditions de manière à rendre leur compréhension et leur pratique plus faciles. Il a fondé 3 lignées appelée "anciennes lignées kadam", qui ont été transmises à Dromteunpa puis Djé Tsongkhapa (lama tibétain du 14ème). Depuis cette époque, ces 3 lignées sont appelées "nouvelles lignées kadam" et sont encore pratiquées, et rendues accessibles grâce à la bonté de Vénérable Guéshé Kelsang et de tous les guides spirituels qui l'ont précédé. Les écrits ne suffisent pas à maintenir une lignée, il est nécessaire d'avoir l'expérience et les réalisations de pratiquants accomplis pour que la transmission soit complète et fonctionne en tant que voie libératrice.

Nous pouvons considérer qu'aujourd'hui les programmes d'études du Programme Général, Programme Fondamental, et Programme de formation des enseignants sont les trois lignées, des voies de l'illumination, qui exaucent notre souhait le plus profond : trouver le bonheur et être délivré de la souffrance.
En considérant cela, vous comprendrez que nous n'allons pas changer le programme scolaire !!

D'ailleurs tout est prêt pour la rentrée : nous avons nos cahiers tous neufs, nos cœurs tous chauds, la moquette de la salle de méditation est toute brillante et douce, et les bouddhas sourient de tout leur calme en pensant que nous allons bientôt nous retrouver...

Bon mois de septembre à tous,

Le centre Vajrasattva

Consultez le planning des activités de septembre

Consultez le calendrier des activités de septembre à décembre

Reprise du PG

Lun 15 sept à Nîmes de 20h à 21h30
Mardi 16 sept à Montpellier de 20h à 21h30

Projet d'acquisition d'un lieu pour un centre de méditation à la campagne

Les recherches ont commencé...

Retraite d’offrandes de mandalas et yoga du guide spirituel

Du mercredi 10 au vendredi 12 septembre

Apprendre à méditer

Samedi 20 septembre de 14h à 17h30

Journée portes ouvertes

Dimanche 21 septembre de 11h à 18h

Pratique des offrandes et sa signification

Samedi 27 septembre de 14h à 17h

Vivre libre de colère et vivre en paix

Dimanche 28 septembre de 14h à 17h30

Témoignage

Festival international d'automne

Evénements à venir

Développer une bonne image de soi

Samedi 11 octobre

Aimer sans souffrir, quelle recette ?

Dimanche 12 octobre

Retraite au CMK Barcelone

Du ven 31 au dim 2 novembre

Festival du Dharma au CMK France

Du ven 5 au dim 7 décembre

Festival à Hong Kong

Du mer 10 au mer 17 décembre

Témoignage

La révélation

Jeune étudiante, m’orientant depuis des années vers divers domaines d’études et disciplines afin de trouver des réponses. Chaque domaine m’aidant à y voir plus clair et à mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. Cependant il manque quelque chose, la cohérence - si on peut l’appeler ainsi - la cohérence qui le lie au tout.

C’est dans cette optique qu’un beau jour, j’ai recherché un centre bouddhiste dans ma ville universitaire, et c’est par chance j’ai appris qu’il y en avait un juste à côté. Le jour même, pleine de curiosité, j’ai décidé de m’y rendre. C’est là que j’ai assisté au premier enseignement. Ce qui devait être une expérience unique est devenue un engagement et rendez-vous régulier avec moi-même au fil des semaines suivantes.

L’enseignement auquel j’ai pu assister était comme une révélation. Une révélation à propos de beaucoup de choses que je savais et sentais déjà au plus profond de moi même. C’était la confirmation que j’étais au bon endroit et que je devais y accomplir encore un petit bout de chemin.

Le « bonheur », grand mot ayant pourtant une signification si simple. Tant de gens passent à coté de leur vie en aspirant à l’impossible. A un « bonheur » extérieur fictif qui n’est qu’illusion, remettant ainsi toute la responsabilité à autrui, ayant la mission de les rendre heureux.

Mais quel est ce fameux bonheur, après lequel tout le monde court ? Un travail stable, une situation financière aisée, une grande maison, un beau mariage, de nombreuses vacances, de belles voitures ? Si c’est cela le bonheur, il sonne amèrement avec éphémérité.

Le bonheur n’est rien d’autre qu’un esprit élevé et paisible. N’est-ce pas une bonne nouvelle ? Le fait de savoir qu’il est en notre pouvoir, et je pourrais même dire qu’il est de notre responsabilité, de devenir heureux ? Ainsi nous pouvons rompre toutes ces dépendances malsaines qui créent uniquement de la souffrance.

La clé se trouve à l’intérieur et non à l’extérieur. Combien de temps allons-nous encore perdre en cherchant un soi-disant bonheur à l’extérieur ou auprès de gens et objets qui ne peuvent nous le pas procurer. Chacun est responsable de son propre bonheur et même avec toute la volonté du monde, on ne peut être la source de bonheur d’autrui, tout comme autrui n’est pas responsable de notre bonheur.

Mais cette connaissance si simple mais si complexe en même temps n’est pas à portée de main dans une société telle que la nôtre. Nos aspirations, rêves et routes sont déjà toutes tracées. Au fil du temps on s’y perd, nous éloignant de plus en plus de notre vraie nature.

L’attachement remplace l’amour, les distractions et satisfactions immédiates remplacent le bonheur, la préoccupation de soi remplace la considération pour les autres… Trop de confusion. Tant d’attentes immesurables, tant de colère, tant de jalousie, tant de stress, tant de superficialité. Telles sont les « maladies » de notre société.

Tout le monde veut être heureux mais peu de personnes sont prêtes à faire le travail nécessaire pour l’atteindre.

Il n’existe qu’un seul chemin qui mène au bonheur, la seule chose qui diffère c’est le temps de le réaliser.

Merci Emma de m’avoir aidée à y voir plus clair,

Angela


NKT-IKBU

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce bulletin,
merci de nous envoyer le message "fin d'envoi bulletin" à info[at]meditation-montpellier.org