Le festival d’été

Comme un enfant apprend à marcher, quand il trébuche et tombe, il se relève et recommence encore et encore, sous le regard bienveillant de ses parents, pour un jour arriver à marcher. Le festival est un moment privilégié, car il y a tant d’exemples de personnes qui participent à l’organisation de ce festival en étant attentives aux autres, d’amour et de travail pour nous offrir des conditions propices pour la méditation, pour progresser sur la voie de la libération pour nous même et pour tous les autres.

Je suis admirative devant autant de générosité, et lorsque je suis rentrée en France, les questions se sont posées : est-ce que je veux suivre les exemples qu’ils représentent, est-ce que je veux changer, est-ce que je veux travailler pour les autres, ou seulement dire c’est super et ne rien faire ? Parler et encore parler d’amour, sans aucun acte d’amour, est-ce de l’amour ? La préoccupation de soi rend difficile d’agir pour les autres, mais je souhaite continuer à apprendre à aimer et pour cela participer aux activités du centre de Montpellier, pour que de plus en plus de personnes puissent accéder aux enseignements, et puissent trouver le bonheur, la paix intérieure.

Merci Guéshé-La, merci Guèn-La Dekyong, merci à vous tous.

Fiorine