Une pratique concrète, plus visible et lisible dans le quotidien

Je m’intéresse au bouddhisme depuis 2010. La plupart des connaissances que j’avais acquises jusque là provenaient de lectures de livres. J’y avais trouvé une forme de « vérité » sur la nature des pensées, des émotions et sur notre façon de vivre et de souffrir, nous, les êtres humains.

Dans ma pratique de psychologue et psychothérapeute, mes outils thérapeutiques s’inspirent aujourd’hui largement de concepts et pratiques bouddhistes (que l’on appelle thérapie cognitive et comportementale de 3ème génération : méditations, pleine conscience, observation de la nature des pensées et des émotions, …) : ce qui est assez fascinant, c’est que ces outils commencent à trouver une réelle validation scientifique en termes d’efficacité.

Malgré mon attrait pour le bouddhisme, j’ai franchi la porte du centre Kadampa il y a 5 mois à peine, dans un contexte de souffrance intérieure suite à un événement malheureux. Dès les premiers enseignements, mes idées se sont remises au clair et un grand apaisement est venu m’envahir. L’expérience du bouddhisme est devenu plus vivace grâce à la rencontre d’une enseignante et d’autres personnes qui tentent d’incarner et partager ces valeurs, jour après jour.

Ces valeurs (altruisme, compassion, …) étaient déjà présentes en moi, mais la pratique hebdomadaire et les enseignements leur donnent une plus grande profondeur et permet une mise en pratique concrète plus visible et lisible dans le quotidien. Quelquefois, ces connaissances et ces pratiques nous « bousculent », mais toujours avec humour, douceur et bienveillance. Ceci dans le but de regarder une certaine vérité en face et d’avancer dans la voie d’un bonheur intérieur profond et durable ne dépendant pas ou peu des conditions extérieures.

Je suis au début de ma pratique formelle du bouddhisme, au début d’un chemin qui sera long, passionnant, parfois exigeant et demandant une discipline mais qui me semble être une des seules voies possibles pour être durablement heureux et moins souffrir.

A bientôt.
Mehdi